Colombie,  Journal de voyage

Trésors

Au centre de la Colombie, se trouve la capitale, Bogota. Après avoir posé notre sac dans une petite auberge, nous prenons un funiculaire pour grimper sur Monserrate, l’emblématique petit mont qui domine la ville. De là-haut, une petite église surplombe Bogota et veille sur ses habitants… très nombreux habitants, tant cette métropole s’étend à perte de vue. Nous resterons dans son quartier animé, La Candelaria.

L’endroit idéal pour rayonner et visiter le Musée de l’or. Typique de l’Amérique du Sud, les musées de l’or présentent aux publics les plus belles pièces artisanales, patrimoniales et historiques des « Indes » … ou plutôt, du monde préhispanique. Paraît que celui de Bogota est le plus abouti… et on a plutôt envie de confirmer. Le musée est vaste et présente plusieurs collections, comme le mythe de l’El Dorado, qui a fait tourner tant de têtes hispaniques. Les légendes mentionnaient le rite du fils d’un roi qui devait faire offrande d’or à une lagune où reposait ses aïeux. Parmi les 35’000 objets de la collection, une autre présente les chamans, sorte d’intermédiaires entre la nature et l’humanité et leurs rituels. Finalement, la visite se conclue par un enseignement intéressant. L’or ne servait pas de monnaie pour ces peuples. Il était considéré comme les larmes du soleil et servait uniquement d’ornements. Tous les objets de la collection sont le fruit de l’homme, perfectionnés de générations en générations, confectionnés pour une offrande et transmis lors d’un évènement quelconque.

Nous visiterons également le musée Botero, nom du célèbre artiste colombien. Nous ne connaissions pas son art, mais dorénavant, on l’aime bien ! Ces gros personnages ne sont pas très expressifs, mais sont très rigolo. Dans le musée, fruit d’une donation de l’artiste, d’autres œuvres sont également exposés, notamment des Picasso, Miro, Renoir, Dali, etc…

Autant dire que les peintures présentent dans les nombreux stands de rues sont devenues tout à coup d’une extrême fadaise… Sauf le Street art, omniprésent à Bogota ! et certains sont plutôt réussis ! Totalement interdits, car jugés trop politique, le tag a été popularisé dernièrement grâce à … Justin Bieber, petit chanteur canadien à la mèche parfaitement mis en place, qui s’est offert le luxe d’un petit tag sous l’œil amusé des objectifs et des politiques tout heureux de poser à côté de lui… Lorsque la population a vu cela, elle a demandé un assouplissement et la vague du street art était partie. 

Tout comme la météo, l’actualité se couvre. En ce 11 mars, l’OMS classifie le COVID-19 en tant que pandémie. Les premières mesures ne tardent pas à tomber. Les touristes arrivant d’Europe sont confinés pour une quinzaine de jours. L’atmosphère change. La fille qui nous sert le petit-déjeuner nous conseille de faire des réserves d’aliments secs, au cas où…

Cela commence de nous trotter dans la tête… mais pour le moment, on prend le départ pour Medellin. La ville est encore plus impressionnante, encore plus grande. Cette impression est renforcée du fait que l’aéroport se situe plus haut que la ville. Ainsi, le bus nous amenant au centre-ville offre une superbe vue plongeante sur la ville. Nous visiterons un autre musée dédié à Botero, puis la maison de la mémoire. A l’entrée, une affiche explique que les français et les espagnols (et 12 autres nationalités) sont interdits de musée. On passe ainsi entre les gouttes… et on se familiarise avec les nombreux conflits colombiens. En fait, on se rend compte que la Colombie a connu la paix plus ou moins durant 4 années… de 2016 à aujourd’hui ! Entre les colons espagnols, la révolution bolivarienne, les luttes de pouvoirs entre conservateurs et libéraux, les cartels puis la guérilla, l’histoire est plus que mouvementée.

On visitera également la Communa 13, l’ancien quartier chaud de Medellin. Aujourd’hui, c’est un modèle de transformation urbain. La délinquance a fait place à une impressionnante énergie exprimée par la danse, les tags, la peinture ou encore la musique. Un escalator a également fait son apparition, tout comme des télécabines facilitant ainsi les déplacements de la population. Impressionnant !

Entre temps, l’Amérique du Sud se confine toujours un peu plus et ferme ses frontières. Nous comprenons rapidement que la Colombie va suivre le mouvement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *