Colombie,  Journal de voyage

L’église au milieu du village

On quitte la Sierra Nevada pour un nouveau long voyage. A 16 heures, on quitte Minca pour rejoindre Santa Marta en collectivo, c’est-à-dire un petit van local (quoique, celui-là était plutôt touristique). Ensuite, du marché central, on prend le taxi pour la gare routière. Particularités colombiennes ; le taxi est extrêmement bon marché (après une petite négociation, tout de même) et les gares routières sont situées hors des villes, loin du centre. Elles sont ainsi difficilement accessibles (hormis en taxi), mais cela permet aux bus de quitter rapidement la ville en s’engageant directement sur les voies rapides, évitant ainsi les nombreux embouteillages et la circulation danse des centres. Comme d’habitude, on est plutôt bien en avance pour notre bus de nuit. On profite de manger un petit morceau. Façon de parler, car fini les petits plats de Palomino, place au retour de la gastronomie colombienne. Bon, pour autant qu’on puisse l’appeler ainsi. C’est même un bien grand mot, car hormis de la friture (empanadas de mais frit, bananes plantains frits, frites, poissons frits, saucisses, etc.), le choix sain n’est pas très vaste. Ici sur la photo, sous la salade recouverte de sauces, de la saucisse et des frites ! L’estomac rassasié, on embarque pour un bus de nuit afin de rejoindre Bucaramanga. Et, comme d’habitude, c’est toujours aussi horrible : climatisation extrême, bruits, micro-siestes…

Bref, arrivés au petit matin, en pleine forme, on réserve directement un nouveau bus à destination de San Gil. Surprise, la route est fermée. Contrairement à la durée habituelle de 2h, le trajet durera 4 heures ! Un glissement de terrain a emporté la route. Par contre, la bonne nouvelle c’est qu’on embarque à bord d’un téléphérique pour traverser le parc national Chicamocha et son impressionnant canyon de près de 2’000m. La traversée est une des plus longue du monde, près de 6,3 km de long ! Plutôt une bonne surprise et une superbe vue qui nous aura maintenu nos yeux grands ouverts !

C’est exténués que nous arriverons finalement à Barichara, notre arrêt final après 20h de voyage, porte à porte. Un petit village colonial typique, niché sur la montagne, avec de belles maisons blanchies à la chaux. Un vrai petit bijou. Du coup, on décide de passer une nuit supplémentaire, surtout que notre logement n’est pas désagréable. Situé à l’intérieur d’une petite cour, une belle piscine rafraîchissante trône au milieu d’un beau jardin. Comme mentionné, le village est très agréable. Il y a même une petite fromagerie où on goûtera quelques produits à l’heure de l’apéro !

De Barichara, on profitera également de se promener sur le chemin royal, une belle balade d’un peu plus de deux heures. La marche n’a pas de difficulté majeure hormis le fait d’être en plein soleil. Et en cette saison, le soleil tape fort. Les paysages sont brûlés… On arrivera à Guane (sans coups de soleil) pour l’heure de midi. Sans vraiment avoir faim, mais plutôt pour faire une pause, on commandera le menu du jour et sa spécialité : le cabri ! Comme d’habitude ici en Colombie, une immense église veille sur la place principale.

Le lendemain, on continue notre visite de la vieille Colombie en prenant le départ pour l’autre joli village, Villa del Leyva. Le charme de ce village, en plus de ses habitations coloniales blanchies à la chaux et avec balcons, c’est son immense place centrale où trône une grande église. Cette Plaza Major est démesurée ! C’est tout simplement la plus grande place du pays. L’endroit est plus touristique, surtout en ce week-end, car de nombreux habitants de Bogota fuient la pollution pour respirer l’air frais. Mine de rien, le village se situe à près de 2’500m d’altitude !

Là-haut, on découvrira et profitera des fruits colombiens. Etonnement, de nombreuses variétés sont inconnues en Europe. C’est ainsi que nous faisons connaissance avec le Lulo, un peu acide et le Guanabana, un délice en jus ! On visite également la Casa Terracotta. Il s’agit de la résidence d’un architecte, Octoavio Mendoza, qui s’est construit une maison originale, un peu folle et plutôt adaptée à la région. La maison comporte de grandes ouvertures permettant à la lumière d’inonder chaque pièce mais permet à la maison de rester à une température agréable, ni trop chaude (le soleil tape fort), ni trop froide (2’500m tout de même !). Après ces petites balades, nous mettons le cap sur la capitale du pays, Bogota !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *